Comment se déroule une consultation de bilan énergétique ?

Dernière mise à jour : 23 oct.


ARTICLES À SUIVRE :

COMMENT SE DÉROULE UNE CONSULTATION DE VOYANCE ?

COMMENT SE DÉROULE UNE CONSULTATION DE MÉDIUMNITÉ ?


L’article de Sébastien Le Maôut sera un complément idéal à celui-ci afin de comprendre les erreurs courantes et les fausses croyances dans les mécanismes du bilan énergétique.


1) Le Bilan énergétique en bref

Pratique mêlant différentes techniques : analyse de symptômes par questionnaire, ressentir en entéléchie la trace de la signature énergétique (ichnogène) à travers le biais d’un élément corporel afin d’en vérifier l’état énergétique de la personne cible, examiner les différentes problématiques énergétiques rencontrées à travers différents supports comme le pendule par exemple, détection et palpation d’aura, vision-à-distance (remote viewing)… Le bilan énergétique est le tronc commun qui rattache l’énergétique, la voyance, la médiumnité ainsi que la sorcellerie et la magie. Cela sert à observer l’état de l’énergie d’une personne afin d’en déterminer s’il y a des problèmes ou non d’envoûtement, de vampirisation, et l’équilibre de vos énergies subtiles. Il ne sert pas à obtenir de diagnostic médical ou psychologique.


2) Les différents buts du bilan énergétique

  • - Déterminer la présence d’envoûtement

  • - Observer s’il y a une influence nuisible d’entités ou de personnes

  • - Examiner la qualité de vos dégagements énergétiques (aura)

  • - Contrôler l’équilibre de vos énergies

  • - Vérifier en quoi consiste les énergies exogènes en présence

  • - Identifier et proposer des solutions (si besoin) adaptées aux constantes remarquées


3) Cela s’adresse à qui ?

Le bilan énergétique peut s’adresser à tout type de personne (profane, novice, débutant ou confirmé) – voulant savoir l’état de ses énergies et si elle est victime d’une attaque occulte, d’un envoûtement ou d’un déséquilibre énergétique – si celle-ci ne se fait pas déjà une idée arrêtée de ce qu’elle veut entendre. L’important c’est d’avoir cerné une problématique qui ne soit pas du ressort médical ou psychologique. Évidemment, cela ne s’adresse pas aux personnes mineures ou sous-tutelles.

De même, le bilan énergétique est très utile en prévention afin de voir si tout va bien et comment garder une bonne hygiène énergétique et éviter les désagréments. Tout comme pour les personnes pratiquant une discipline ésotérique, cela peut l’aider à contrôler son niveau énergétique et voir où elle en est et l’aider dans sa démarche spirituelle et initiatique.


4) Ce qu’un praticien peut voir avec un bilan énergétique


En présentiel (en face-à-face), on peut observer et faire la palpation d’aura en direct sur le consultant afin d’examiner les différents éléments qui la composent et en déterminer les aspects qui ne vont pas. Il se peut que ces éléments observés soient assez « vicieux » et ne permettent pas d’en conclure quoique ce soit, pour cela nous utilisons une méthodologie de test et de piège afin de voir la réaction énergétique et en identifier la problématique et son origine.

En distanciel (à distance), observer et palper l’aura s’avérera impossible, d’où le fait que nous demandons un témoin – des cheveux ou autres contenant l’ADN – afin d’en retracer par entéléchie l’ichnogène (signature énergétique) et se connecter à la personne afin d’en ressentir à distance les problèmes auriques. Lors de ce process, nous ne lisons pas encore le questionnaire fournis afin de ne pas nous laisser influencer par celui-ci, à la manière de la pratique du remote-viewing et du protocole en aveugle.

Que ce soit en distanciel ou en présentiel, on regarde dans l’aura du consultant les mêmes éléments observables :

  • · La densité énergétique de votre aura ainsi que de voir si vos qualia (ce que beaucoup appellent les corps énergétiques ou les couches de l’aura) sont équilibrés et non pas en excès ou en carence.

  • · La présence des liens énergétiques, des marqueurs et traceurs, ce qui permettra de vérifier s’il y a pas la présence d’une vampirisation énergétique.

  • · La charge structurelle (ce qui donne forme à votre aura), si elle est suffisamment forte, ainsi que votre périsprit (ce qui gravite autour et à l’extérieur de votre aura) afin d’en déterminer les énergies résiduelles.

  • · La présence d’entités accrochées à votre aura du style larve astrale, ou encore les traces de différentes signatures énergétiques (ichnogènes).

  • · Les schèmes énergétiques, c’est une forme-pensée auto-induite par l’apparence personnelle et le retour que l’on a des autres. Les personnes pensant négativement et se pensant elles-mêmes négatives, influencent les autres à penser cela. Ce qui les conforte alors dans leur structure de pensée. À force, cela peut engendrer une larve et créer un grand mal-être. Le schème est en quelque sorte la version entité énergétique du jeu des apparences.

  • · Les charges et formes-pensées, on détermine la nature sémantique des informations stagnantes dans votre aura qu’elles soient exogènes (appartenant à quelqu’un d’autre) ou endogènes (que vous avez créées vous-même inconsciemment ou consciemment). Cela peut apparaître (par phénomène de paréidolie, synesthésie et apophénie) comme des couleurs conventionnelles au praticien. Les fameuses couleurs de l’aura vous sauront donc traduites selon le référentiel du praticien.

L’ensemble de ces données nous permettrons de déterminer l’état de vos énergies, ainsi que statuer sur la question, à laquelle la quasi-totalité des personnes prenant un bilan énergétique se posent, si vous êtes victimes d’envoûtements.

Les envoûtements se classent en 3 grandes familles :

  • A. L’envoûtement endogène : ce type d’envoûtement est aussi appelé auto-envoûtement. Généralement, c’est celui dont personne ne veut entendre parler et/ou n’a jamais entendu parler. Et pourtant c’est à 98% celui le plus détecté, si présence d’envoûtement. À la manière d’un schème énergétique, ce sont des idées, particulièrement des croyances, auto-induites par vous-même à propos du fait que vous êtes envoûtés qui génèrent une énergie chargée de cette information jusqu’à sa concrétisation. Ainsi les phénomènes et les « symptômes » sont identiques à ceux des autres envoûtements. D’où la nécessité du bilan énergétique afin d’en déterminer la nature et pouvoir vous aider comme il se doit.

  • B. L’envoûtement exogène est ce que l’on pourrait considérer comme l’aspect classique de l’envoûtement. Celui-ci est effectué par une tierce personne, surtout un praticien, à votre encontre.

  • C. L’envoûtement égrégorique peut être endogène ou exogène, dans son versant endogène ce serait par un débutant ou un novice qui aurait tenté de pratiquer nos disciplines avec l’assistance d’une entité (divinité, ange, démon, etc.) ce qui lui serait retombé dessus car ne maîtrisant pas toutes les facettes de nos pratiques. Dans son versant exogène, ce serait un praticien ou une tierce personne qui aurait pratiqué un envoûtement par l’entremise d’une entité énergétique.


5) De quoi se compose un bilan énergétique, ses différents aspects

Le bilan énergétique permet de mettre en évidence plusieurs éléments :

  • · L’amplitude énergétique

  • · La qualité des qualia et du périsprit (composants des strates de votre dégagement énergétique)

  • · L’identification des formes-pensées et égrégores (entités)

  • · La rémanence de différentes traces de signatures énergétiques (ichnogènes)

  • · La présence de liens, traceurs ou marqueurs énergétiques vampiriques ou d’envoûtements

  • · La valeur de votre charge structurelle

  • · La présence d’Énergies résiduelles

  • · La teneur de l’équilibre énergétique de vos Énergies subtiles internes

  • · La formation de méta-programmes exogènes

  • · La cotation du taux vibratoire


6) Déroulement d’une consultation type de bilan énergétique


La première étape va être de remplir le questionnaire que vous recevrez par mail. Il faudra y répondre clairement et avec la plus grande sincérité à toutes les questions. N’hésitez pas à prendre votre temps et d’y réfléchir à tête reposée. Une fois fini, vous nous le renverrez par courrier avec l’élément corporel (comme des cheveux, si vous n’en avez pas, nous verrons ensemble quoi d’autre pourrait nous être utile) qui nous servira à se connecter à vous. Si vous vous déplacez au cabinet, évidemment pas besoin de nous fournir un élément corporel, vous viendrez avec le questionnaire uniquement.

La deuxième étape va être l’observation et les « mesures ». Lors de cette étape, nous allons utiliser différentes techniques afin d’avoir le maximum de données à recueillir. En distanciel, nous effectuerons cette étape de notre côté avec le témoin que vous nous aurez fourni, alors qu’en présentiel, nous opérerons directement sur vous et vos énergies. Nous examinons tous les points susmentionnés plus haut afin d’en déterminer les forces et faiblesses.

Troisième étape, nous comparons les données observées avec le questionnaire, afin d’affiner la compréhension et identifier les concordances. Cela nous permettra aussi d’analyser les causes et les effets et déterminer ce qui appartient à des phénomènes de la vie courante liés au médical ou au psychologique auquel nous n’avons pas la volonté, ni les capacités et encore moins le droit d’exercer.

La quatrième étape sera d’établir avec vous une consultation de feedback, d’avoir vos retours, vos ressentis, si cela vous parle et d’expliquer ce qui en sera ressorti. C’est une étape de dialogue qui va permettre de ne pas vous imposer nos ressentis comme des vérités, mais plutôt comme des observations et des conseils éclairés. Ce qui permettra in-fined’affiner toujours plus le bilan. Ainsi, cela nous apportera trois niveaux de lecture et par conséquent une profondeur humaine non-négligeable.


Cinquième et dernière étape, nous rédigerons aux propres la synthèse du bilan énergétique qui vous sera fourni à l’issu de la quatrième étape. Tout y sera noté de façon claire et précise avec schéma et explications, ainsi que les propositions de solutions adaptées.


7) Les différents supports et ceux qui sont des arnaques à éviter


Que ce soit le test avec le verre de sel, la méthode de l’œuf, l’assiette avec les gouttes d’huile, etc. il n’est pas rare de voir les fameux tests pour soi-disant déterminer si l’on est envoûté, avoir un trop plein d’énergies négatives ou protéger de tout ça. Or ce folklore n’est que superstitions douteuses, totalement fausses voire dangereuses tant elles amènent sur des comportements paranoïaques basés sur un raisonnement biaisé, l’ignorance que ce sont simplement des phénomènes physiques aléatoires et de faux arguments. Prenons les exemples du verre de sel qui fut démontré totalement faux car c’est un phénomène physique classique (reproduction des marais salants) que l’on apprend au collège. Ainsi que celui de la technique de l’œuf pour savoir si l’on est envoûté qui est dérivée de la oomancie, une pratique divinatoire de l’antiquité qui consistait à interpréter la forme des coquilles d’œufs ainsi que leurs couleurs. Pendant des centaines d’années, cette mancie fut mise de côté jusqu’au 18ème/19ème siècle où un regain d’intérêt pour les traditions antiques émergea. Surtout dans les campagnes, où cette mancie était facile à employer. Elle évolua jusqu’à interpréter les

formes et les couleurs du contenu de l’œuf que l’on versait dans un verre d’eau. Puis les pratiques des magies des campagnes (et certaines croyances Hoodoo récentes) crurent que l’œuf avait le pouvoir d’absorber les énergies négatives soient pour détecter leurs présences ou pour désenvoûter, or dans le même temps, la coquille d’œuf était aussi considérée comme répulsive et protectrice d’énergies négatives (rappelons qu’absorption et réception sont deux concepts contraires). Donc à la fois tout est son contraire (l’on voit clairement les limites et les dérives des analogies). Évidemment, ce qui ressort de l’œuf n’est dû qu’à différents phénomènes physiques et aléatoires : les tâches rouges sont des vaisseaux sanguins qui ont rompu, le jaune qui flotte c’est qu’il est vieux et pas très bon à consommer même si c’est encore faisable, les filaments du blanc d’œuf dépendent de la qualité de la poule, la couleur de la coquille est due soit à la bile soit au sang du foi et de quoi se composent la nourriture de la poule… Et pour ce qui est de la coquille d’œuf elle est composée de calcium qui n’apporte rien autant en absorption ou en répulsion énergétique. Ce n’est donc qu’une superstition qui ne repose sur rien.

Le support déductif comme le Tarot ou les cartes d’Oracle en voyance traditionnelle ne sont pas des outils propices à un bilan énergétique. Leur structure ne peut répondre aux points à examiner, tout au plus une consultation de voyance peut mettre la puce à l’oreille et donc inciter à un bilan énergétique, ou alors se verra en complément pour essayer de comprendre les intentions initiales, mais ne se substituera pas à un vrai bilan. Évidemment, avec un bon système de questionnement, l’on pourrait utiliser ce support comme pratique péremptoire avant d’aller plus loin.

Il en va de même avec l’astrologie, l’horoscopie, l’étude d’un thème natal, les biorythmes, si au 19ème siècle, l’occultiste Dion Fortune les utilisait afin d’établir son diagnostic différentiel, aujourd’hui nous savons à travers les différentes ressources des recherches que l’astrologie n’étant qu’une mancie, elle a donc la même valeur que la voyance traditionnelle. Tout comme l’astrologie médical qui ne permet pas de faire un vrai diagnostic médical ou énergétique.

Les autres méthodes souvent employées par erreur sont la kinésiologie appliquée, le reiki, l’Access Bars Consciousness, la biorésonance, le chamanisme thérapeutique, le magnétisme, la lithothérapie, l’ennéagramme, le Human Design, le référentiel de naissance, les pseudo-machines quantiques, etc. Toutes sont épinglées par les autorités comme dérives thérapeutiques à tendance sectaire, et en particulier pour leurs méthodes dangereuses sur le plan médical et psychologique et l’inclusion de faux souvenirs.

La radiesthésie, ou plutôt l’utilisation du pendule, si c’est l’image instinctive qui nous vient lorsqu’on pense à un bilan énergétique, sûrement à cause des images d’Épinal, n’est pas l’outil le plus fiable, bien au contraire même. À ce jour, les recherches conclurent que la personne utilisant un pendule pour poser des questions se trouve dans l’impossibilité de donner de réponses fiables, et ce qu’importe le niveau du praticien. Le pendule, dans son utilisation classique, n’est pas ce qu’il y a de mieux. Et pourtant, c’est celui que nous utiliserons en partie car n’existant rien d’autre qui puisse le remplacer. Mais pourquoi l’utiliser si ce n’est pas génial ? Pour la bonne raison que c’est juste un outil, un objet, et c’est surtout le protocole dans lequel il est employé qui fera la différence. La panergologie, discipline de recherches expérimentales en énergétique, use de la découverte du principe du Coefficient Pendulaire Individuel (CPI) ainsi que d’un système de valeur étalon en double aveugle, qui permet d’obtenir des résultats plus objectifs. Le pendule n’en devient donc qu’un simple outil au service du protocole, il peut très bien être facultatif, néanmoins sa facilité d’usage lui rend ses honneurs, attendant un jour un meilleur outil. Le protocole étant solide, il en devient plus un outil en lui-même que le pendule en soit.

Cependant, la méthode composite différentielle entre la psychométrie énergétique (ressenti des énergies par les mains), l’entéléchie (action énergétique à distance) et le remote-viewing (vision-à-distance) suivant le protocole en aveugle (donc sans rien connaître du sujet à analyser avant d’effectuer les mesures) est le second outil précieux et utilisé dans un bilan énergétique. Cela va servir à confronter les différents ressentis entre eux afin de comparaison, ce qui est une des bases métrologiques.

Le questionnaire servira d’échelles psychométriques et de juxtaposition, à la manière d’une étude de cas, afin de comparer les résultats ensembles et en déterminer les accointances symptomatiques corrélatives, et non pas un simple questionnaire de détection de symptômes qui n’apporte rien à par des sophismes du genre de l’affirmation du conséquent.


8) Comment vous accompagner après un bilan énergétique

Le bilan énergétique, du fait de ses fonctions d’observations, permet de déterminer les réels problèmes énergétiques, mais pas seulement… C’est aussi à travers la consultation de feedback que l’on pourra vous guider et vous accompagner sur la compréhension des phénomènes et sur les différentes possibilités de résolutions à travers des solutions envisageables. Cela peut être de la simple purification à vous faire faire vous-même par le biais de protocole que l’on vous donne gratuitement à des techniques plus complexes que l’on peut réaliser dans le cadre de notre travail. Dans tous les cas, des solutions vous seront proposées selon votre situation et adaptées à vos besoins et possibilités. Vous n’êtes pas perdu dans la nature avec votre synthèse de bilan, nous sommes là pour vous conseiller par notre expérience et l’étude de nos disciplines.

Si vous êtes victimes d’un envoûtement, qu’importe sa nature comme nous avons vu plus haut, un protocole de purification vous est également fourni ainsi que différentes possibilités de désenvoûtements. Or un désenvoûtement détruit l’envoûtement dont vous êtes la victime mais ne règlera pas les problèmes engendrés à sa suite : problèmes de santé, matériel, émotionnel, relationnel, etc. Qui nécessitera, peut-être, de suivre un avis médical, de coaching, social, ou autre.

De même, l’envoûtement aura pût engendrer un traumatisme mental. À cela nous conseillerons de suivre une thérapie adaptée comme une thérapie cognitivo-comportementale avec un praticien agréé en sus du travail énergétique afin de vous libérer des traumatismes qui peuvent vous donner l’illusion que le problème est toujours présent alors que ce ne sera que la trace mémorielle de l’envoûtement. Et à ce cela, un suivi sera toujours possible pour vérifier où vous en êtes en parallèle. Un désenvoûtement est donc à prendre comme un travail énergétique qui n’exercera qu’une influence énergétique. Une fois le problème matérialisé dans le monde matériel, mental ou émotionnel, celui-ci devra être accompagné d’une stratégie combinée à d’autres disciplines correspondantes aux problèmes, un peu d’une manière holistique (même si ce terme ne devrait pas être employé tant il est dévoyé). Un travail énergétique permet que l’énergie en cause se désagrège afin de faciliter à retrouver une vie normale, mais si rien n’est pris en main derrière, les problèmes resteront.


9) Les règles d’or pour le consultant

  • - Le consultant ne doit pas prendre de consultation de manière récréative, ni pour se faire plaisir et encore moins pour se faire remonter le moral.

  • - Le consultant doit être disponible et dans un endroit au calme et silencieux lors de la consultation, sans être gêné par des distractions environnantes.

  • - Le consultant doit être conscient de sa problématique et venir avec un questionnement réfléchi et non impulsif.

  • - Le consultant ne doit pas venir avec des idées préconçues issues de ses croyances, avec ce qu’il projette ou espère comme réponses, ni avec les paroles d’autres praticiens.

  • - Le consultant doit dire la vérité, piéger le praticien avec des fausses informations est infantile et ne prouve rien, à part que les deux partent dans une direction différente qui peut induire en erreur le processus.

  • - Le consultant doit laisser le praticien s’exprimer, il ne doit pas monopoliser la consultation tout comme il ne doit pas absolument ne rien dire. Le consultant doit dialoguer avec le praticien au début de la consultation, afin que celui-ci puisse se connecter à lui. Une fois fait, il doit laisser le praticien faire une introduction de son travail, c’est à ce moment précis que le consultant pourra déterminer si le praticien a de réelles capacités et s’il l’a bien cerné.

  • - Le consultant ne doit pas héler le praticien toutes les cinq minutes pour qu’il rentre dans le rôle de l’épaule compatissante ou de la personne réconfortante.

  • - Le consultant doit par la suite exposer ses explications et le plus clairement possible ses questions, qu’il reformulera avec le praticien qui le guidera afin de développer de manière logique la consultation.

  • - Pendant la phase de questionnement, le consultant ne doit intervenir que si le praticien le lui a suggéré.

  • - Le consultant doit poser des questions ouvertes en évitant de demander un jugement de valeur au praticien.

10) Les devoirs du praticien

  • · Le praticien doit se préparer à l’avance pour la consultation en faisant abstraction de tout jugement de valeur, se mettant dans une concentration nécessaire tout en opérant en fond un lâcher-prise sur les situations qui lui seront exposés.

  • · Le praticien doit guider le consultant tout le long de la consultation, car étant novice le consultant peut ne pas comprendre le fonctionnement personnel du praticien.

  • · Le praticien ne doit pas d’emblée questionner le consultant afin de lui soutirer toutes les informations qu’il débâclera pendant la consultation comme si c’étaient des faits qu’il aurait devinés.

  • · Le praticien se doit de garder une certaine distance avec les charges émotionnelles que le consultant véhicule. Paradoxalement, le praticien doit rentrer au maximum en sympathie et en empathie avec le consultant sans pour autant inclure son vécu, son avis personnel et son jugement.

  • · Le praticien doit être capable de reformuler correctement les questions du consultant avec le plus de justesse possible. En laissant le consultant ajuster les informations selon ce qu’il ressent être le plus en adéquation avec ce qu’il vit, pour ne pas enfermer ce-dernier dans la consultation.

  • · Le praticien doit être honnête en toutes circonstances mais avec tact, il aura conscience des paroles et des affirmations qu’il émet et qui peuvent parfois bousculer les âmes les plus sensibles.


11) Comment prendre une consultation de bilan énergétique

Pour prendre un bilan énergétique, il est nécessaire de m’envoyer un mail ou plutôt de m’appeler afin de prendre contact et de positionner un rendez-vous selon nos horaires respectifs pour la consultation de feedback.

Le bilan se doit d’être payé au même moment que l’envoie du questionnaire et du témoin. La consultation en face-à-face peut être payée sur place.

Le tarif : un bilan énergétique est au prix de 80€

Le règlement se fait soit par PayPal (directement dans la partie consultation du site), soit par virement, soit par chèque, soit par Western Union/Moneygram/…

Il faudra m’envoyer les photos de la personne concernée ainsi que le nom, prénom et date de naissance.

Numéro de téléphone pour me joindre : 0650959835

Mail : stevemedium11@gmail.com


Tout ce travail, fut en étroite collaboration avec Sébastien G.A. Le Maôut, praticien enseignant chercheur et auteur conférencier en sorcellerie/magie/énergétique, qui le pratique également de la même manière que moi aujourd’hui. Ainsi que ce soit sous mon égide ou sous la sienne, le degré d’exigence et la manière de faire sont identiques, seule votre volonté de le faire à celui que vous préférez fera la différence.



150 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout