top of page

Le Solstice d’Hiver à l’origine des fêtes de fin d'année

Dernière mise à jour : 1 mai 2023



Tel un phare dans la nuit, une étincelle d'espoir brille dans nos cœurs, et tous ensemble nous formons un foyer de réconfort repoussant le froid, la tristesse et les ténèbres de l'hiver. Au solstice d'hiver, cette étincelle d'espoir ravive nos cœurs avec la promesse que la Déesse Nature a toujours tenue : le retour des beaux jours avec le Soleil, le Dieu Père. Ce cycle immuable nous assure que les jours s'allongeront bientôt, mais sa culminance est très longue, car il faut attendre le dégel et la floraison des fleurs. Nous ne devons pas oublier que cette période de fête, de romantisme et de chaleur du foyer doit être partagée. Pendant les longues nuits glacées, les divinités attendent également que nous offrions une partie de nos dons aux plus démunis, afin de leur transmettre l'étincelle d'espoir qui fera de ce foyer de réconfort un lieu aussi chaleureux que le soleil printanier.


Le Yule est la fête du solstice d'hiver, qui correspond au moment de l'année où le soleil est le plus bas à l'horizon. Cette nuit du 22 décembre est la plus longue de l'année.


Pour les wiccans, la déesse donne naissance à son fils et futur parèdre, le Dieu Cornu. Cela rappelle quelque chose ? Oh oui, Noël pour les chrétiens, Hanoucca pour les juifs, les Saturnales pour les Romains, et ainsi de suite. Pourquoi ces fêtes sont-elles célébrées ? Les origines de cette célébration sont multiples, car elles sont influencées par différentes religions, traditions et croyances. Il est donc difficile de les retracer avec certitude, d'autant plus que chacun revendique la paternité de cette fête.


Il convient de comprendre que cette fête est avant tout un solstice, qui permet à chaque religion d'y associer son propre archétype pour recharger son égrégore. Les pratiquants se rendent souvent dans les églises pendant cette période difficile pour demander de l'aide à la ou aux divinités, mais la plupart les oublient au printemps suivant pour participer à une messe somptueuse pour remercier ces divinités qui les ont soutenus énergétiquement. Quelle ingratitude !


Les wiccans sont plus personnels dans leur pratique : ils installent leur autel chez eux et offrent des offrandes au Dieu Cornu ou à d'autres divinités liées à leur tradition ou coven, s'ils ont la chance d'en trouver un qui corresponde à leur image.


Examinons maintenant les définitions des autres fêtes religieuses qui peuvent être associées au solstice d'hiver. Nos confrères de Wikipédia nous informent de ce qui suit :

« Hanoucca – la fête des lumières qui dure huit jours à partir de la veille du 25ème jour du mois hébraïque de Kislev – célèbre le triomphe de la lumière sur l’obscurité, de la pureté sur l’altération, de la spiritualité sur le matérialisme. » « Les Saturnales sont durant l'antiquité romaine des fêtes se déroulant durant la période proche du solstice d'hiver (du 17 au 24 décembre) qui célèbrent le dieu Saturne et sont accompagnées de grandes réjouissances populaires. Durant cette période, les barrières sociales disparaissaient, on organisait des repas, on échangeait des cadeaux, on offrait des figurines aux enfants et on plaçait des plantes vertes dans les maisons, notamment du houx, du gui et du lierre. A partir de 274, les Saturnales seront prolongées le 25 décembre par le Dies Natalis Solis Invicti « le jour de naissance de Sol Invictus ». La conversion de l'empereur Constantin Ier en 312, favorise la diffusion du christianisme et quelques années plus tard, la première célébration de la naissance de Jésus de Nazareth est enregistrée le 25 décembre comme syncrétisme des fêtes précédentes. Lorsque Théodose Ier interdit les cultes non-chrétiens, le Noël chrétien, la seule fête qui subsistera, a alors intégré de nombreux éléments païens issus des Saturnales. »

Nous pouvons constater que la célébration de la Lumière est commune à toutes les cultures, non pas la lumière des rayons publicitaires, mais celle de l'astre solaire, source de vie pour tous. Cette période de longues nuits incite à lever les yeux vers le ciel pour contempler les étoiles. Plutôt que de s'opposer et de se battre sur des questions de croyances, il serait peut-être plus judicieux de comprendre que toutes ces fêtes ont en commun la célébration d'un même événement : l'avènement du Soleil, qui nous relie tous.


55 vues0 commentaire

コメント


bottom of page